Menu
   

Pourquoi hydraxell ?




Historique rapide sur le gaz de Brown :
– 1962 : William A. Rhodes dépose le premier brevet sur un électrolyseur produisant le gaz hydroxy comme on le connaît actuellement : un mélange d’hydrogène et d’oxygène combiné.
Au milieu des années 60, Mr Rhodes forme une entreprise (Henes Corp.) avec des associés qui le mettront sur la touche quelques années plus tard. Il déposera en 1967, un électrolyseur permettant de produire du gaz capable de souder n’importe quel matériau.
– 1974 : Dix ans après les brevets de William Rhodes, Yull Brown (originaire de Bulgarie) résidant en Australie, breveta son modèle d’électrolyseur largement inspiré des travaux de son prédécesseur.
Il passera 30 ans de sa vie à essayer de faire du gaz de Brown un succès commercial avec plus de 30 millions de dollars investis dans l’entreprise. En raison de sa persévérance, on utilise encore le nom de gaz de BROWN pour ce type de gaz hydrogène.
– 1977 : La NASA (Agence Spatiale Américaine) réalise des tests sur l’influence de l’hydrogène dans le fonctionnement de moteurs de type V8. Il en résulte une économie de carburant et des émissions de gaz nocifs réduits. Les résultats sont consignés dans un rapport intitulé : NASA TN D-8478 C.1 May 1977 Emissions and total energy consumption of an engine piston multicylinder petrol and hydrogen gasoline mixture.
– 1990 : Stanley Meyer dépose un brevet sur une cellule d’électrolyse fonctionnant sur la résonance de l’eau. Il aurait également construit un buggy fonctionnant 100% à l’eau et disparaît en 1998 dans de mystérieuses conditions.
- 2006 : Ford dévoile son concept-car F250 Super Chief pouvant rouler avec 3 carburants différents : diesel, éthanol E85 ou HYDROGÈNE. La production commerciale est prévue pour cette année 2015.
-2013 : Hydraxell développe une machine à

décalaminage moteur

à explosion dans un but d’économie de combustible, d’environnement par le

nettoyage moteur

(diminution notable des rejets de particules fines et par conséquent de la pollution dans les mégapoles grâce au

nettoyage hydrogène

)